• +32(0)85/27.07.50
  • 1. Introduction au projet - ses grandes lignes

    1.1. L’école chrétienne se justifie comme expression de la communauté chrétienne dans la vie des hommes.
  • Notre école, dans son projet, désire s’inspirer de l’esprit de l’Evangile et d’une triple conviction qui est de croire à:
    • la promotion de l’Homme
    • l’édification d’un monde plus humain dans la paix et la justice
    • la rencontre possible de Jésus-Christ comme visage privilégié de Dieu.

  • 1.2. L’école est un lieu d’enseignement et un lieu d’éducation et comme telle,

  • • elle prend en compte les potentialités des élèves afin de leur permettre de se développer tant sur le plan des connaissances que sur le plan de la formation de la personnalité dans ses dimensions individuelles, sociales et civiques;
    • elle défend un projet de société basé sur la tolérance, la paix, la solidarité, le respect des hommes, de leur cadre de vie et de leur environnement;
    • elle doit être attentive aux changements culturels, à l’évolution de la pensée, des connaissances et des progrès technologiques, y adapter sa pédagogie, ses moyens, ses projets particuliers, dans le respect de son projet éducatif.

  • 2. Ecole, lieu d’enseignement.

    2.1. Un enseignement soucieux de se renouveler.

  • Une des missions essentielles de l’école est de donner aux élèves les connaissances, la qualification et les aptitudes qui leur sont nécessaires pour leur réussite dans la vie professionnelle ou dans la poursuite d’études ultérieures.
    Ces connaissances, cette qualification et ces aptitudes seront redéfinies régulièrement, réactualisées par un examen continu des programmes, une meilleure compréhension des objectifs, par la pratique intelligente des épreuves d’études et le contact avec les milieux scolaires et professionnels.

  • 2.2. Un enseignement ouvert sur la vie.
  • En traitant les matières des programmes, nous avons comme objectif de les mettre en relation avec la vie de nos jeunes et l’actualité de notre temps.
    Pour ce,
    • nous favoriserons les initiatives de coopération interdisciplinaire,
    • nous utiliserons les techniques d’expression et de communication actuelles,
    • nous organiserons les activités qui permettent une approche plus concrète de ces matières: visites, activités de réel intérêt pour la formation de l’élève, projets de fin d’études, contacts avec des praticiens...

  • 2.3. Avec comme objectifs prioritaires:

  • • de développer chez le jeune le désir de la recherche personnelle tout en le préparant à avoir une attitude critique devant l’information.
    Un des moyens pour atteindre cet objectif est de mettre à la disposition des élèves un centre de documentation et de leur apprendre à l’utiliser;
    • aider les jeunes à s’exprimer, dans le cadre de l’école ou en-dehors.

  • 3. Ecole, lieu d’éducation.

  • Savoirs, connaissances, Professionnelle s’inscrivent dans un projet plus vaste d’éducation dont les objectifs sont:

  • 3.1. d’apprendre à donner un sens aux événements.
  • L’école s’efforce, dans la marge de ses possibilités, d’être un lieu où l’on puisse discuter de l’événement et chercher à lui donner un sens;

  • 3.2. d’adopter un style de vie
  • basé sur des valeurs telles que le sens de l’effort et du travail, la persévérance, le sens des autres, le respect de chacun y compris de soi-même, la tolérance, l’amour;
    • d’assumer les exigences de la vie sociale et familiale dans un souci de qualité, d’égalité des chances, de justice et de solidarité.
    Dans ce but, l’école aidera les jeunes à s’engager pour des motifs désintéressés et les aidera à trouver ces occasions de service: approbation d’initiatives isolées, propositions d’action, organisation, suivi...

  • 3.3. de sensibiliser aux dimensions spirituelles,
  • aux valeurs évangéliques et de donner l’occasion de rencontrer Jésus-Christ.
    Cet objectif doit prendre en compte le contexte sécularisé et pluraliste qui caractérise également le milieu scolaire, être mis en oeuvre dans le respect du cheminement de chacun et la tolérance réciproque. Mais dans le respect de la liberté et des convictions de chacun, nous devons favoriser le dialogue, proposer la réflexion sur les questions de vie religieuse et offrir des moments, des rencontres et des lieux.

  • 4. L’école, lieu d’éducation est aussi lieu de mise en pratique des objectifs poursuivis.

    4.1. Donner à chacun la possibilité de progresser :
  • • l’école accueillera et gardera ceux qu’elle estime pouvoir faire progresser, malgré certaines difficultés d’ordre intellectuel, physique, caractériel ou social, à condition que ces difficultés n’empêchent pas le respect des autres, tant sur le plan moral que physique et leur progression;
    • elle accordera la priorité à l’élève et à ce qui est bien pour lui;
    • elle facilitera, dans la mesure de ses moyens, la progression de tous et particulièrement des plus démunis,
    - par une pédagogie la plus diversifiée et personnalisée,
    - par la prise en compte des situations personnelles de vie des élèves (logement, indisponibilité des parents, drames familiaux, fatigue...) et la recherche des moyens de remédiations, de soutien et si nécessaire de protection,
    - par une aide aux parents en difficulté financière afin que les enfants n’en souffrent pas dans leurs activités scolaires.

  • 4.2. Créer des relations positives entre les différents membres de la communauté scolaire :
  • Don Bosco a toujours mis l’accent sur l’importance d’un climat d’amitié et de confiance entre le jeune et l’adulte. C’était pour lui le meilleur moyen de prévenir les difficultés, qu’elles concernent la discipline ou la réussite scolaire. Cela suppose une pédagogie fondée sur l’écoute, l’accueil, l’encouragement, la confiance et l’authenticité de la relation.
    Cette affection, alliée à la raison et à la religion, constitue les piliers de l’éducation salésienne. Ces principes restent aujourd’hui encore le fondement de toute notre démarche d’éducateur.
    Faire appel à la compréhension de l’intelligence, à celle du coeur et à la dimension spirituelle qui existe en chacun, permet aux jeunes de se sentir responsables de leurs actes, d’apprendre à gérer les limites de leur liberté et de se rendre progressivement acteurs de leur formation.
    Cette démarche permet également de résoudre problèmes et conflits de manière plus constructive; elle permet qu’une sanction, nécessaire, ne soit pas ressentie comme arbitraire.
    Une telle démarche suppose le dialogue et donc la liberté d’expression des diversités. L’école doit les permettre tout en exigeant que l’un et l’autre se fassent dans le respect des personnes et de la vérité.
    Elle doit aussi les favoriser en offrant des occasions de rencontre, des moyens, des activités de classe ou d’école et des structures de participation.

  • 4.3. Construire un cadre structurant où autorité et règlements sont au service du projet de toute l’école :
  • Liberté ne signifie pas absence de toute contrainte. Il est utile de codifier les dispositions à respecter. Ces dispositions reprises dans les règlements d’ordre intérieur et d’études, sont un cadre de vie ; elles donnent les précisions nécessaires sur la façon de se comporter, sur la vie quotidienne mais aussi sur l’organisation des études et leur réglementation propre.
    Plus qu’un règlement imposé par l’autorité, ces dispositions sont considérées comme les termes d’un contrat ou d’un accord passé entre les différentes parties, élèves, parents, professeurs, directeur, pour permettre le “mieux vivre” de la communauté scolaire.
    Il n’est guère réaliste de penser que ces prescriptions soient toujours respectées par chacun. A l’autorité scolaire d’y veiller et de prendre les mesures utiles pour les faire respecter, avec la fermeté nécessaire mais aussi dans le respect de son projet éducatif:
    • recherche de la vérité;
    • dialogue entre les parties;
    • sanction proportionnée aux faits.